Deux réunions publiques, à Lyon et Villeurbanne, deux rendez-vous d’acteurs  et des dossiers de concertation et registres disponibles pendant près de 6 semaines (dans les mairies, à la Métropole de Lyon, au SYTRAL et sur sytral.fr) permettent de s’informer et de s’exprimer sur ce projet majeur de prolongement de la ligne T6.

De nombreux avis ont déjà été recueillis sur le tracé et ses variantes, mais aussi l’insertion des stations et de la ligne dans l’espace public, sa complémentarité avec les autres modes de déplacement ou encore l’organisation des travaux…

Ils viennent enrichir les propositions issues des études de faisabilité qui sont présentées à cette étape et permettent d’affiner le projet qui permettrait de relier les Hôpitaux Est à la Doua à horizon 2024 – 2025.

Reportage et témoignages, à l’occasion de la première réunion publique qui a fait le plein à Villeurbanne.

 

Partager cet article

Partager sur Google+

Il y a 2 commentaires Ajoutez le vôtre

  • PICHAT Etienne le 13 juin 2019 11h32

    Le prolongement du T6 des Hôpitaux Est Pinel à La Doua est importante.
    Pour être efficace, elle doit être la plus directe, le plus rapide possible, avec le moins de détours, circonvolutions, contournements possibles.
    Une retombée sera aussi une piste cyclable bidirectionnelle (et non des bandes cyclables) la plus efficace possible et la plus sûre possible, permettant de convaincre le plus de monde possible trouvant le vélo encore beaucoup trop dangereux d’abandonner leur voiture en ville.
    Bienvenue à la ville accueillante aux modes actifs et supplétifs des transports en commun.

  • Rey Paul Joseph le 12 juin 2019 10h51

    deux remarques:
    1 – ne pas utiliser la route de Genas très importante en terme de circulation est ouest pour aller notamment vers la gare de la Part Dieu. Le raccordement avec T3 rue Decorps est suffisant.La rue Kruger n’apporte rien de plus!
    2 – garder le terminus à La Doua -Berger car il permet la correspondance avec T1 et T4 ce que ne permet pas Einstein.!!
    bien à vous.
    Paul Rey

Ajoutez votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués par *

Revenir en haut de page